Je vous raconte une histoire drôle qui m’a fait rire… jusqu’à l’an passé.

J’ai un confrère qui donne des conseils marketing. Bref je vous la fais courte : sa femme est caissière.

Et pendant des années je me suis marré en me disant « si le mec était si bon que ça pour aider les gens à devenir millionnaires, sa femme serait sûrement pas caissière ».

J’adore les caissiers… mais je pense qu’à l’avis général de 100% des gens (y compris les caissiers et moi même ayant ce boulot étant jeune)… c’est pas le job dans lequel on s’éclate le plus sur terre.

On est loin du bling bling et des Ferraris.

Voici pourquoi ça me fait moins rigoler aujourd’hui

Ca fait 10 ans que j’ai un site sur la rupture amoureuse… et depuis 2 ans une nouvelle activité pour aider les gens à cartonner en ligne.

Et, j’ai des amis qui sont dans des situations difficiles financièrement. Quand j’essaye de les aider ou de leur donner un coup de main, ils refusent et trouvent des pretextes.

Connaissez vous ce dicton « nul n’est prophète en son pays » ? Qui signifie que grosso modo, pour tes proches tu seras toujours le même mecs qui sert à rien.

Aujourd’hui je réalise en souriant, qu’il y a deux mondes…

1/ Tout d’abord il y a la multitude de gens que j’accompagne, que ce soit dans leur vie amoureuse ou dans leur business. Des gens que j’ai choisi et qui m’ont choisi. Des gens qui cartonnent quand ils se font accompagner. Pour info… je suis aussi accompagné par des coachs pour mon business… et même pour le sport. Je donne un billet de 50€ à un coach pour venir me bouger les fesses tous les jours (il arrive dans 10 minutes).

2/ Ensuite il y a mes proches. Même quand on est au restaurant, avec mes amis et que des fans viennent me parler… Mes amis me regardent du coin de l’oeil en ce demandant ce que ces gens peuvent bien me trouver.

Ces proches m’ont aussi freiné à l’époque

Maintenant que je le sais ça me fait sourire, mais ce sont aussi des proches qui m’ont fait douter de moi quand j’étais plus jeune et que je voulais me lancer.

Ils me disaient que j’avais aucune chance. Que ça marcherait pas. Que j’avais rien de spécial.

Et quand mes affaires ont commencé à cartonner ils sont venus me voir en me disant « je te l’avais bien dit que ça marcherait »… en fait non pas du tout mec, tu m’as jamais dit ça 😀

Mon petit conseil du jour :

Ne demande pas la permission pour réaliser ta vie.

Fonce tête baissée et fais le tri après !

Si ça a fonctionné tant mieux. Sinon poubelle et on recommence.

J’organise un gros live tous les vendredis, avec des la grosse énergie. Clique ici si tu n’as pas encore ton pass illimité :
👉 https://go.antoinepeytavin.com/live

Refusez la vie moyenne,

Antoine

1
Comment puis-je vous renseigner ? Cliquez sur la flèche pour démarrer la discussion. Antoine Peytavin
Powered by