Un jeune (de 21 ans) passe dans mes bureaux hier et me dit « Quelque chose me dérange, je ne sais pas comment je vais vivre le fait de moins réussir que toi dans la vie ».

Horreur, comment ce genre d’idée lui est arrivée ?

Nous sommes né dans un monde de comparaison, où il faut être numéro 1. Ca commence à l’école primaire, avec des notes. Des premiers de la classe, des seconds, des derniers.

Ca continue ensuite au collègue, au lycée, en grandes écoles.

On te dit même que si tu es le premier, tu auras des avantages :
– Des félicitations
– Des bourses
– Les meilleurs choix de carrière

Tes parents te poussent à être le meilleur et à avoir un job qui rapporte beaucoup.

Tu as subis 23 ans de lavage de cerveau où on t’as mis dans une compétition permanente avec les autres.

Et puis un jour t’arrives sur le marché du travail et tu en veux toujours plus.
– Tu veux un salaire plus gros que celui que ton voisin de bureau.
– Tu veux une voiture plus grosse que celle de tes amis.
– Tu travailles toujours plus… pour t’acheter une belle voiture… pour t’emmener au bureau (admire la débilité de l’équation)

Et un jour tu fais un burn out, dans ta compétition permanente, dans la recherche d’un but inatteignable.

Mais peut être que si… tu as eu la chance de réaliser qu’il n’y a pas de compétition alors tu auras une vie plus heureuse.

Voici une révélation :

Il n’y a pas de concours de « qui a la plus grosse ».

Il n’y a pas de concours de « qui a le plus de fans sur FB, Youtube et Instagram ».

Il n’y a pas de concours de « celui qui est le plus riche ». Il est d’ailleurs prouvé qu’à partir d’un salaire minimum (suffisant pour vivre), le bonheur n’augmente pas avec l’argent.

Tout le monde se dit « si seulement je gagnais un million je serai heureux ». Regardez les statistiques, 95% des gagnants du loto sont plus pauvres au bout de 3 ans et plus malheureux (disputes avec les voisins jaloux et la famille).

La vie démarre quand on réalise qu’il n’y a pas de compétition.

Et ceux qui ont la chance de le réaliser vivront plus heureux. Ils feront les choses pour eux, et non pas pour les autres, pour prouver quoi que ce soit ou pour faire plaisir à leur famille.

C’est pour ça que j’aime ma vie d’entrepreneur et de coach. J’ai quitté il y a 10 ans mon job de salarié pour me lancer à mon compte (malgré tous les avis défavorables de mon entourage) et depuis je suis heureux.

J’accompagne des gens à trouver ce bonheur et à sortir de la matrice, cliquez ici si vous souhaitez savoir comment j’ai perdu 10 ans de ma vie à gagner 2 millions par an… et tout recommencé à zéro en 49 jours :
👉 https://go.antoinepeytavin.com/accelerateurgroupefb

Refusez la vie moyenne,

Antoine